Intro 2Service du Livre LuxembourgeoisLa Province de Luxembourg

Paul WILLEMS

Fiche fondée sur un dossier rédigé par Jacques LEFEBVRE
Dossier L : n°16, fascicule 4

Paul WILLEMS
Romancier, poète, auteur dramatique...

Paul WILLEMS

Informations générales

Belgique BEL

Biographie

Le monde de Paul Willems (cette expression sert de titre à un livre remarquable consacré à l'auteur et publié chez Labor en 1984), c'est d'abord Missembourg, une propriété presque autarcique où il naît en 1912. Il ne la quitte même pas pour fréquenter l'école primaire. Sa grand-mère lui enseigne le français dans le Télémaque, le jardinier l'initie aux secrets de la nature et du braconnage, son père, qui peint des aquarelles, lui apprend à cueillir l'instant.

Dans sa chambre, il connaît l'angoisse des crises d'asthme surmontées grâce à la présence silencieuse de sa grand-mère et il entend au loin, portés par le vent du nord, les bateaux qui, du port d'Anvers tout proche, lui lancent leur profond appel : celui de tous les départs. En 1923, il entame ses humanités au Lycée d'Anvers. A dix-sept ans, la nuit, il s'échappe de la maison pour gagner la ville. A la même époque, il traverse l'Escaut à la nage, descend le fleuve, flâne souvent en kayak pendant des semaines dans l'estuaire et pousse jusqu'à Bredene. Il s'engage aussi comme aide-stewart sur un pétrolier et gagne l'Amérique: aventures, défis à lui-même, avant de commencer des études de droit à l'Université Libre de Bruxelles.

Il apprend alors quels conflits politiques et sociaux agitent le monde des années trente. Ses études achevées, il séjourne en Allemagne, chez l'écrivain Hausenstein. Ensuite, il fait son stage d'avocat, à Anvers, dont il connaît bien la bourgeoisie d'affaires.

La campagne des dix-huit jours révèle à l'artilleur Willems l'absurdité et la contingence de la vie. Prisonnier, tôt libéré, il travaille au ravitaillement du pays, il se marie à Elza De Groodt, il écrit. Il reconstruit un Missembourg mythique dans Tout est réel ici et une Campine d'avant-guerre, forte, truculente et dramatique dans Blessures. La Chronique du Cygne, parue en 1946, traduit la même nostalgie d'un monde perdu. Cette année, Paul Willems est engagé comme secrétaire général du Palais des Beaux-Arts. Il s'installe avec sa femme à Missembourg. En 1948, il rencontre Claude Etienne qui lui commande une pièce. Ainsi se crée Le bon vin de Monsieur Nuche, satire sociale et début d'une oeuvre dramatique importante. La comédie sera jouée à New-York «Off Broadway» trois ans plus tard.

Entre-temps, deux enfants lui sont nés : Jean et Suzanne.

S'ouvre alors une période de longs voyages, en particulier en Chine et en Russie. Initié à l'attention dès son enfance, il sympathise avec les paysages et les êtres qui peupleront de leurs «ombres en couleurs» l'oeuvre qui s'épanouit d'année en année.

En 1984, Paul Willems met un terme à ses activités au Palais des Beaux-Arts et, dans le domaine de Missembourg, parmi les arbres, les livres et ceux qu'il aime, il poursuit son patient travail d'écrivain.

Paul Willems veille à la diffusion d'une oeuvre qui continue à être représentée sur des scènes importantes, comme celle du Rideau de Bruxelles, et qui fait l'objet de nombreuses traductions. Ainsi, Elle disait dormir pour mourir vient d'être reprise dans une mise en scène complètement différente, qui pose sur le texte une autre lumière et montre à quel point le théâtre de Paul Willems, par sa richesse et ses possibilités de suggestion, est susceptible de servir la créativité des comédiens.

Garland, l'éditeur new-yorkais bien connu, vient de publier 4 pièces en anglais. Celles-ci ont été traduites par quatre jeunes universitaires. Il s'agit de Il pleut dans ma maison devenu It's raining in my house, de Warna devenu Warna, the weight of the Snow, de La ville à Voile, devenu The sailing City, et Elle disait dormir pour mourir devenu She confused Sleeping and Dying.

Ces succès n'ôtent rien à l'attitude de sympathie distanciée, pleine de respect et de sagesse, que l'auteur adopte à l'égard du monde et de ses frères humains. Il reste celui qui «a réalisé son oeuvre théâtrale à l'écart de tout mouvement littéraire, estimant que le bien le plus précieux de l'homme est la liberté totale de pensée.»

Bibliographie

Romans :

  • Tout est réel ici, Éd. de la Toison d'or, 1941. Rééd. Jacques Antoine, 1980.
  • L'herbe qui tremble, Éd. de la Toison d'or, 1942.
  • Blessures, Gallimard, 1945. Réed. Labor, 1984.
  • La chronique du cygne, Plon, 1949.
  • La cathédrale de brume, Fata Morgana, 1984.

Récits - Nouvelles - Théâtre :

  • Le bon vin de Monsieur Nuche, 1949; Les Cahiers du Rideau de Bruxelles, 1983.
  • Peau d'ours, 1951, Éd. des Artistes, 1958.
  • Il pleut dans ma maison, 1958; Cahiers du Rideau de Bruxelles, 1962. Rééd. 1976.
  • La plage aux anguilles, 1959; Théâtre National de Belgique, 1963-1964.
  • Warna ou le poids de la neige, 1962; Brepols, 1963.
  • Le marché des petites heures, 1964, textes pour Didascalies, N° 6, 1983.
  • La ville à voile, Gallimard, 1967.
  • Les miroirs d'Ostende, Jacques Antoine, 1979.
  • Nuit avec ombres en couleurs, Textes pour Didascalies, N° 6, 1983.
  • Elle disait dormir pour mourir, Cahiers du Rideau de Bruxelles, 1983.
  • Warna ou le poids de la neige, nouvelle version en quatre actes, Didascalies, Bruxelles, 1984.
  • Autour d'un tigre, préface à Paul Edmond, Les pupilles du Tigre, Didascalies, Bruxelles, 1986, p. 5-8.
  • Le vase de Delft, dans Nota Bene, revue de littérature internationale, n° 1719, automne 1986, p. 317-342.
  • Théâtre et silence, dans Cheminements dans la littérature francophone de Belgique au XXe siècle, Quaderni di Francofonia (Florence), N° 4, 1987, p. 127-134.
  • Préface à Paul DESMETH, Simplifications, Les Éperonniers, Bruxelles, coll. Passé-Présent, N° 57, 1988, p. 1-5.
  • Le pays noyé, dans Bulletin de l'Académie Royale de Langue et de Littérature françaises, t. LXVI, 1988, N° 3-4, p. 167-176.
  • Un arrière-pays. Rêveries sur la création littéraire, avant-propos de Michel Otten, Presses universitaires de Louvain UCL, Louvain-la-Neuve, coll. Chaire de poétique, N° 3, 1989.
  • La Vita breve, pièce en treize épisodes, dans La Ville à voile, suivie de la Vita breve, préface de Jean-Marie Piemme, lecture d'Alberte Spinette, Éditions Labor, Bruxelles, coll. Espace-Nord, N° 55, 1989.
  • Le pays noyé, Fata Morgana, Montpellier, 1990.
  • Journal lu sur le visage d'un mort, dans Nota bene, revue de littérature internationale, n° 29-31, automne 1990, p. 307-319; dans Bérénice, N° 31, p. 57-67.
  • Le vase de Delft et autres nouvelles, nouvelles, préface de Jacques Carion, Ed. Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique en coédition avec les Ed. Le Cri, Bruxelles, 2004.

A consulter :

  • Paul Willems, dans Anne-Marie La Fère et André Janssens, Autour de ma chambre, Entretiens avec onze écrivains et un peintre, Bruxelles, Éditions Labor/RTBF, p. 169-186.
  • Le monde de Paul Willems, Labor, 1984.
  • Paul Emond, Portait d'auteur : Paul Willems dans Lecture, N° 19, juin-juillet 1984, p. 68.
  • Pierre Halen, Traces d'un discours antérieur dans Blessures de Paul Willems, dans Lectures de Marie Gevers, Textyles, N° 3, juin 1986, p. 54-59.
  • Lectures de Paul Willems, sous la direction de Pierre HALEN et Michel OTTEN, Textyles, N° 5, novembre 1988.
  • Maria Teresa PULEIO, A propos de l'Homme sans lunettes de Paul Willems : du bric à brac du non dit à l'écriture, dans Réalités magiques, le Regioni critice, N° 63-66 janvier décembre 1988, p. 211-221.
  • Michel LISSE, Le mouvement de houle. Sur La vita breve de Paul Willems dans Cuadernos de filologia francesa, N° 4, 1990, p. 99-1O5.
  • Rosalba Gasparro, Paul Willems : le scritture del riflesco, dans Bérénice, N° 31, mars 1991, p. 105-132.

Prix obtenus

Rechercher par son nom:
Rechercher par un mot:

Rechercher par ordre alphabétique :

a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

Les Activités

Rencontres
Salons, Foires, Marchés
Colloques & Conférences
En classe
Boite à outils
Tous les évènements

 

Région WalloneSLL