IntroductionService du Livre Luxembourgeois

Accueil / AUTEURS / monsieur

Jean TOUSSEUL

Fiche fondée sur un dossier rédigé par Jean LACROIX
Dossier L : n° 40, fascicule 4

Jean TOUSSEUL
Romans, contes, nouvelles.



Informations générales

Belgique BEL
Né(e) le 07/12/1890 / décédé(e) le 09/02/1944

Biographie

1890 : Naissance d'Olivier Degée le 7 décembre à Landenne-sur-Meuse. Son père est ouvrier aux fours à zinc de Sclaigneaux. Olivier a un frère.

1895 : La famille Degée émigre à Seilles («le village gris»). Il entame des études primaires souvent contrariées par une santé fragile.

1902 : Etudes à l'école moyenne d'Andenne. Découvre à la bibliothèque du village le roman Afraja de Théodor Mügge. La maladie interrompt ses études en 1904.

1906-1910 : Olivier lit énormément : des auteurs latins et grecs, mais aussi J.J. Rousseau, Tolstoï et Romain Rolland. En autodidacte assoiffé de connaissances, il se passionne pour diverses sciences, de l'anthropologie à la sociologie, de l'astronomie à la botanique...

1911-1914 : Olivier fait la découverte du monde ouvrier : il est engagé comme carrier, puis comme peseur. Il devient ensuite employé à la comptabilité. Son père meurt en 1912. Il épouse Magdeleine Hubeaux, dont il aura une fille, Yvette. En août 1914, les Allemands massacrent les hommes de la famille Hubeaux. Olivier parvient à s'enfuir.

1916 : Publication de Pour mes amis, sous le pseudonyme de Jean Tousseul, qui sera désormais son nom d'écriture.

1917-1919 : Prises de positions pacifistes. Eekhoud préface La mort de petite Blanche. Le 10 décembre 1918, il est arrêté «pour propos défaitistes». Non-lieu prononcé le 10 avril 1919. Des écrivains ont pris sa défense. Jean Tousseul mène alors une activité de journaliste engagé.

1920-1922 : Il quitte son épouse et se met en ménage avec Mathilde Briamont. Le fiancé de celle-ci ouvre le feu sur lui, à Liège, dans un café, et blesse mortellement un client. La mélancolique aventure paraît, avec une préface de Barbusse. Jean Tousseul habite à Bruxelles, est candidat du Parti Ouvrier Belge à la Chambre et employé au Syndicat national du personnel des Chemins de fer. Il collabore à plusieurs journaux et revues.

1923 : Vit à Schaerbeek et devient rédacteur au Messager de Bruxelles. Il est aussi jardinier dans une pépinière.

1924 : Prix du Brabant pour un manuscrit, La maison perdue, qui sera publié deux ans plus tard. Parution de La cellule 158.

1926-1930 : Il fait un séjour à la côte belge pour soigner une dépression nerveuse. Il quitte son emploi et s'installe à Machelen avec Mathilde, qu'il épouse en 1928. Il se consacre désormais exclusivement à la littérature. Le village gris, premier volume de la série de Jean Clarambaux, est publié à Paris, chez Rieder. Le Grand Prix d'Art Wallon lui est attribué pour ce livre. Mort de son frère.

1930-1933 : Publie volume sur volume : romans, contes, nouvelles, récits...

1933 : Séjourne à Paris. La Nation belge et La vie wallonne accueillent ses collaborations.

1936 : Mort de sa mère qui vivait à Machelen.

1937 : Jean Tousseul reçoit le Prix triennal de littérature.

1938 : Il entame la publication du premier volume de la série consacrée à François Stiénon (trois tomes).

1940-1941 : La guerre agit négativement sur sa santé et sur son moral. Devient «collaborateur libre attaché au Musée de Mariemont». Il s'y rendra chaque mois jusqu'en 1943.

1943 : Jean Tousseul est sollicité pour adhérer à deux associations d'obédience nazie. Il refuse. De plus en plus déprimé, il quitte Machelen (il y a passé dix-sept ans) et retourne s'installer dans le village de son enfance, à Seilles, en novembre.

1944 : Atteint d'une affection pulmonaire, il décède le 9 février. Il a à peine 53 ans...

Bibliographie

  • La mort de petite Blanche, Imprimerie coopérative, Huy, 1918. Préface de Georges Eekhoud.
  • La mélancolique aventure. Imprimerie coopérative, Huy, 1920. Préface de Henri Barbusse. Rééd. Ed. du Cerisier, Cuesmes, 1990 (Avec une préface de Michel Hannotte).
  • La cellule 158, Ed. Finacom, Bruxelles, s.d. (1924). Rééd. Labor, Bruxelles, 1990; coll. Espace Nord, n° 60 avec une préface de René Henoumont et une lecture de J.- P. Bertrand.
  • Le village gris (Jean Clarambaux I), Ed. Rieder, Paris, 1927; coll. Prosateurs français contemporains. Rééd. Jacques Antoine, Bruxelles, 1978; coll. Passé-Présent, n° 10. Préface de Julos Beaucarne.
  • La parabole du Franciscain, La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1928.
  • Au bord de l'eau, Ed. Mawet, Liège, 1930.
  • Le retour (Jean Clarambaux II), Ed. Rieder, Paris, 1930; coll. Prosateurs français contemporains.
  • L'éclaircie (Jean Clarambaux III), Ed. Rieder, Paris, 1931; coll. Prosateurs français contemporains.
  • Geneviève de Brabant, Ed. Lumière , Anvers, 1931. Bois gravé de J.F. Cantré.
  • Silhouettes et croquis, Thone, Liège, 1932; coll. Les heures claires.
  • La rafale (Jean Clarambaux IV), Ed. de Belgique, Bruxelles, 1933.
  • Humbles visages, Ed. Lumière, Anvers, 1933.
  • Les oiseaux de passage, Ed. de Belgique, Bruxelles, 1934.
  • Lutins, Ed. de Belgique, Bruxelles, 1935. Bois gravé de Claire Pâques.
  • Le masque de tuIle, Ed. de Belgique, Bruxelles, 1935. Le conte La toureIle figure dans Les conteurs de WaIlonie, Ed. Labor, Bruxelles, 1985; coll. Espace-Nord, n° 18.
  • La croix sur la bure, Ed. de Belgique, Bruxelles, 1935.
  • Le testament (Jean Clarambaux V), Ed. de Belgique, Bruxelles, 1935.
  • L'épine blanche, Ed. de Belgique, 1936 et 1939.
  • La roche de la Mère-Dieu, Ed. de Belgique, Bruxelles, 1937.
  • Almanach, Ed. de Belgique, Bruxelles, 1937.
  • Les cahiers de François Stiénon, Ed. de Belgique, Bruxelles, 1938.
  • Tablettes, Ed. de Belgique, Bruxelles, 1938.
  • La cité fortifiée (Le cahier de François Stiénon II), Ed. de Belgique, Bruxelles, 1939.
  • Feuillets rustiques, Ed. de Belgique, Bruxelles, 1939.
  • Le livre de raison (Le cahier de François Stiénon III), Ed. de Belgique, Bruxelles, 1939.
  • La dame de la tour, Ed. de Belgique, 1940 et 1943.
  • Vieilles images, Ed. de Belgique, Bruxelles, 1940.
  • Méditations sur la guerre, Ed. de Belgique, Bruxelles, 1942.
  • Le bois sacré, Ed. de Belgique, Rixensart, 1943.

Des ouvrages de Jean Tousseul ont fait l'objet de traductions en diverses langues (allemand, anglais, danois, hongrois, néerlandais, russe, tchèque et même espéranto)

A consulter :

Les cahiers de Jean Tousseul (1946-1971) contiennent maints articles consacrés à notre auteur.

  • Désiré DENUIT : Jean Tousseul, Ed. de Belgique, collection d'études et de critiques, Bruxelles, 1937.
  • Gustave VAN WELKENHUYZEN : Extraits choisis et présentés, Ed. de Belgique, Bruxelles, 1937.
  • Jean-Paul BONNAMI : Témoignages sur Jean Tousseul (collectif), Ed. de l'Horizon nouveau, Bruxelles-Liège, 1941.
  • Pierre DEMEUSE : Introduction à Jean Tousseul, Ed. de Belgique, Bruxelles, 1944; 2e éd. revue et augmentée, Ed. de Belgique, 1944.
  • Désiré DENUIT : Jean Tousseul. L'homme et l'oeuvre, Office de Publicité; coll. nationale, 6e série, n° 66, Bruxelles, 1945.

Prix obtenus

  • 1924 : Prix du Brabant pour La maison perdue
  • 1937 : Prix triennal de littérature.

Rechercher par son nom:
Rechercher par un mot:

Rechercher par ordre alphabétique :

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

ACTUALITÉS

Ateliers d'écriture / Concours
Colloques & Conférences
Expositions
Rencontres autour d'un livre
Vos événements

 

Région WalloneSLL