Intro 2Service du Livre LuxembourgeoisLa Province de Luxembourg

Jean-Luc OUTERS

Fiche fondée sur un dossier rédigé par Carlo MASONI
Dossier L : n° 51, fascicule 2

Jean-Luc OUTERS
Romancier.

Jean-Luc OUTERS

Informations générales

Belgique BEL
Né(e) le 05/03/1949

Biographie

Avec seulement cinq romans parus à ce jour, Jean-Luc Outers a pris rang parmi les écrivains qui comptent. Il fait partie de ces auteurs, assez nombreux aujourd'hui, qui ont contribué à faire de notre pays et de sa capitale des espaces où s'inscrit à l'aise la création littéraire, et même des objets privilégiés de cette création. Limitant son propos à des aires géographiques, sociales ou familiales qu'il connaît d'expérience, puisant d'abondance dans sa propre biographie pour nourrir ses inventions, il édifie une oeuvre à laquelle la récurrence des thèmes et l'incessant questionnement dont elle est chargée confèrent une unité évidente.

Ses oeuvres se ressentent des courants de la création contemporaine, mais sa démarche ne résulte ni d'une volonté de rupture, ni d'une recherche du coup d'éclat. Elle s'inscrit dans une continuité, et témoigne d'une sensibilité aux mouvements de la pensée et aux évolutions de la création et de l'expression romanesques bien plus que d'un asservissement aux modes et aux théories.

La gravité des problèmes abordés s'y teinte le plus souvent d'humour. Le sarcasme y est fréquent, mais il évite toute amertume. L'oeuvre tire une grande part de sa force du paradoxe qui souvent la constitue. Le dérisoire des entreprises y ouvre à des questions essentielles, l'anecdote souriante s'y inscrit dans une vision critique souvent acérée de la société contemporaine.

Jean-Luc Outers se projette volontiers dans ses personnages et puise abondamment dans son vécu. Il évite cependant de tomber dans la complaisance. Même dans les moments les plus pathétiques, il s'impose une pudeur à laquelle contribue la sobriété d'un langage parfaitement maîtrisé.

Inscrivant avec détermination ses écrits dans son temps, il n'en esquive ni les splendeurs ni les misères. Il y a du moraliste dans son oeuvre.

Le 5 mars 1949, naissance de Jean-Luc Outers. Son père est Lucien Outers, surtout connu pour une carrière politique brillante (il fut député européen, bourgmestre, et plusieurs fois ministre) mais qui fut aussi écrivain, à la fois pamphlétaire, historien et romancier. Père très présent aussi dans l'oeuvre du romancier, et particulièrement dans le roman La place du mort, tout entier centré précisément sur la figure du père.

Études de droit à Louvain.

En 1973, Jean-Luc Outers enseigne à La Louvière, où il fonde une école pour psychotiques.

Professeur dans l'enseignement supérieur artistique à Bruxelles.

De 1974 à 1990, il est responsable du Service éducation permanente et audiovisuel de la Commission française de la culture et membre de la Commission de sélection des films.

Fondateur d'ateliers de production de films documentaires et organisateur de manifestations cinématographiques.

En 1987, les éditions Gallimard publient son premier roman, L'ordre du jour, qui se verra aussitôt «nominé» pour le Prix Rossel.

En 1987, J.-L. Outers devient Conseiller littéraire, responsable du Service des Lettres et du Livre au Ministère de la Culture de la Communauté française, fonction qu'il exerce encore à présent. À ce titre, il est aussi éditeur de la revue Le carnet et les instants, un bimensuel consacré à la promotion et à la diffusion des lettres belges de langue française.

En 1993, J.-L. Outers a obtenu le prix Rossel pour Corps de métier, paru à la Différence et, en 1995, le prix AT&T pour La place du mort (même éditeur).

De 1994 à 1996, il a été chargé du cours de littérature belge à l'université de Paris X-Nanterre.

Vit à Bruxelles. Marié et père de deux enfants.

Bibliographie

  • L'ordre du jour, roman, Gallimard, Paris, 1987, coll. Blanche. Rééd. Labor, coll. Espace Nord et Actes-Sud, coll. Babel, 1998. Traduction en néerlandais, italien et tchèque. Adaptation cinématographique par Michel Khleifi, 1993. Festivals de Bruxelles et de Locarno.
  • Avec le temps, essai, Ed. Labor, Bruxelles, 1993.
  • Corps de métier, roman, Ed. La Différence, Paris, 1992. Prix Victor Rossel, 1993. Traduit en néerlandais.
  • La place du mort, roman, Ed. La Différence, Paris, 1995. Traduit en roumain. Prix AT&T, 1995. Rééd. coll. Minos, 2005.
  • La compagnie des eaux, roman, Actes Sud, 2001. Rééd. coll. Babel, 2006.
  • Le bureau de l'heure, roman, Actes Sud, 2004, coll. Un endroit où aller. Rééd. Actes Sud, Babel, 2007.
  • Je me souviens de Bruxelles, collectif, anthologie, Le Castor Astral, coll. Escales du Nord, 2006.
  • Le voyage de Luca, Ed. Actes Sud, 2007.
  • Le Bureau de l'heure, Actes Sud, 2004 (rééd. coll. "Babel", 2008); traduit en roumain
  • Le Voyage de Luca, Acte Sud, 2007 (prix Victor-Rossel des jeunes en 2008); traduit en roumain et en russe.
  • Lettres du plat pays (avec Kristien Hemmerechts), La Différence, 2010
  • De courte mémoire (avec des dessins d'Hugo Claus), La Pierre d'Alun, 2011; traduit en bulgare.
  • De jour comme de nuit, Actes Sud, 2013.

Nombreux articles dans des quotidiens belges (Le Soir, La Libre Belgique) et français (Libération) ainsi que dans des revues cinématographiques et littéraires.

A publié, en 1992, une étude sur la vidéo de création en Amérique du Nord.

À consulter :

  • TORREKENS Michel, L'ordre du jour in Indications, n° 5, 44e série.
  • TORREKENS Michel, Corps de métier in Indications, n° 5, 49e série.
  • VIRONE Carmelo, Jean-Luc Outers, prix AT&T in Le carnet et les instants.
  • DELMEZ Françoise, Papa grand comme une maison in Le carnet et les instants.
  • BOSQUET Alain, Les mystères du réel in Le figaro littéraire, janvier 1993.
  • DE CORTANZE Gérard, Navigateur au long coeur in Le magazine littéraire, n° 335, septembre 1995.
  • CREUZ Sophie, Voyage au bout de la vie in L'écho, 26 septembre 1995.
  • MEUDAL Gérard, Sois belge et tais-toi in Libération, 9 novembre 1995.
  • DE DECKER Jacques, Jean-Luc Outers : voyage avec mon père in Le Soir.

Voir aussi, concernant Corps de métier :

  • Alain BOSQUET, Libération, 7 octobre 1992.
  • Roger BEGON, La Wallonie, décembre 1992.
  • Jacques DE DECKER, Le Soir, 2 septembre 1992.

Concernant La place du mort :

  • Laure-Élisabeth LORENT, La Revue Nouvelle, octobre 1996.

Prix obtenus

  • 1993 : Prix Rossel pour Corps de métier
  • 1995 : Prix AT&T pour La place du mort

Rechercher par son nom:
Rechercher par un mot:

Rechercher par ordre alphabétique :

a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

Les Activités

Rencontres
Salons, Foires, Marchés
Colloques & Conférences
En classe
Boite à outils
Tous les évènements

 

Région WalloneSLL