Intro 2Service du Livre LuxembourgeoisLa Province de Luxembourg

Gilles NÉLOD

Fiche fondée sur un dossier rédigé par J. LEFEBVRE
Dossier L : n°30, fascicule 4

Gilles NÉLOD
Auteur de romans historiques, de récits.

Gilles NÉLODGilles NÉLOD

Informations générales

Belgique BEL

Biographie

Avec un père tournaisien et une mère namuroise, Gilles Nélod est un de ces nombreux Bruxellois d'ascendance wallonne. Il naît à Ixelles en 1922.

Il obtient un diplôme de licencié en philologie et lettres à l'Université de Louvain - L'Université Libre de Bruxelles où il était inscrit avait été fermée par l'occupant - , après avoir défendu une thèse sur Empédocle d'Agrigente.

Professeur d'Athénée, il enseigne les langues anciennes et l'histoire de la philosophie. Depuis l'âge de dix ans, il écrit. Il publie à partir de 1952 et fait partie de très nombreuses associations, dont celle des journalistes périodiques belges et étrangers, et celle du Groupe du Roman (il en est co-fondateur).

Membre de la Fondation Charles Plisnier, de L'Union Wallonne des Ecrivains et Artistes et de l'Association royale des Ecrivains Wallons, il entre en 1976 au Conseil d'Administration de l'Association des Ecrivains belges dont il fait partie depuis 1958. Il est aussi membre du Pen Club dès 1977.

Il avoue avoir appris à lire - et sans doute à écrire - en se plongeant dans la prose aventureuse des Trois Mousquetaires. Cela n'étonnera pas celui qui sait que son oeuvre critique maîtresse est un volumineux et intelligent Panorama du roman historique, publié en 1969, et que sa somme romanesque, Les conquistadores de la liberté, parue en 1977, relève du genre littéraire qu'il venait d'étudier durant de longues années. Avant d'entreprendre cette gigantesque fresque, il s'était essayé à de plus courts tableaux : Les poings. Ces récits situent eux aussi des personnages imaginaires dans un cadre historique et développent un thème que l'auteur emprunte à la Grèce : l'aventure prométhéenne.

Ainsi, entre l'oeuvre de fiction et les essais, l'unité est remarquable; entre les récits et la vie, elle ne l'est pas moins.

Gilles Nélod a insufflé à ses textes l'esprit de tolérance et de respect. Il y a défendu les valeurs démocratiques. Il y a combattu l'obscurantisme et l'aliénation.

Dans les multiples groupes qu'il a fréquentés, et où il a donné le meilleur de lui-même, il a noué de profondes amitiés, faisant fi de tout sectarisme.

Il apprit la musique et l'harmonie de ses phrases est sans défaut. Avec son épouse, il a vécu un grand amour.

Ceux qu'il rencontrait étaient frappés par son ouverture d'esprit et la justesse de ses appréciations. Dernière et émouvante preuve de son esprit philanthropique, il a voulu qu'après sa mort (survenue en 1989), son corps servît au progrès de la science.

Son nom restera associé à un prix littéraire décerné au sein de l'Association des Ecrivains belges de Langue française (AEB), le Prix Nélod qui, tous les deux ans, couronne un auteur de récits ou de contes.

Bibliographie

  • La plume à la main, nouvelle, dans La nuit, Marginales, Bruxelles, 1952.

  • Empédocle d'Agrigente, essai, Office de Publicité, 1959.

  • Un rythme de vie : colima, essai, Beaux-Arts, 1968. (Tiré à part).

  • Noces, de Nicolaï Haïtov (adaptation), dans Cahiers du Groupe, 1969.

  • Panorama du roman historique, essai, S.O.D.I., 1969. Primé par le Gouvernement provincial du Brabant, 1972.

  • Les derniers Spartiates, récit, Audaces, 1970. (Tiré à part).

  • David Scheinert : un tempérament, essai, Cahiers du Groupe, 1970. (Tiré à part).

  • Francis Walder ou la négociation considérée comme un des beaux-arts, essai, Présence francophone, Sherbrooke (Canada), 1, 1970. (Tiré à part).

  • La mort de Pat, de Yván Mándy (adaptation), dans Cahiers du Groupe, 1971.

  • Les dieux restent muets, récit historique, La petite Dryade, 1972.

  • Le matelot de Colomb, récit historique, La petite Dryade, 1973.

  • Jean de la Hire et le roman de cape et d'épée, essai, Présence francophone, Sherbrooke, 1974. (Tiré à part).

  • Histoire et histoires, essai, dans Lettres vivantes 1945-1975 (en participation). La Renaissance du Livre, 1975.

  • Les poings, récits historiques, De Méyère, 1974. Prix Eugène Schmits 1975.

  • Jean Muno en filigrane, essai, La petite Dryade, 1975.

  • Les conquistadores de la liberté, roman historique, De Méyère, 1977. Prix Alex Pasquier 1977.

  • Propos sur le roman historique, étude, Ethnie française, 1977. (Tiré à part).

  • Les conquistadores de la liberté - 1. 1951... La nuit rouge de Nice, bande dessinée par Jacques Geron, Michel Deligne, Bruxelles, 1978.

  • Les conquistadores de la liberté - 2. Révolte en Méditerranée, bande dessinée par Jacques Geron, Michel Deligne, Bruxelles, 1978.

  • Le roman en question, Cahiers du Groupe, 1980.

  • Les conquistadores de la liberté - 3. Pas de quartier, bande dessinée par Jacques Geron, Michel Deligne, Bruxelles, 1981.

  • Carlo Bronne, portrait, La Revue Générale, Bruxelles, 1981. (Tiré à part).

  • Les Chinois, de José Cardoso Pires (adaptation), dans Cahiers du Groupe, 1982.

  • Entre hier et demain ou le présent indéfini, étude, dans Cahiers du Groupe, 1983.

  • Les Atrides, récit, Cahiers du Groupe, 1984. (Tiré à part).

Prix obtenus

  • 1972 : prix du Gouvernement provincial du Brabant, pour Panorama du roman historique essai, S.O.D.I., 1969.
  • 1975 : prix Eugène Schmits pour Les poings, récits historiques, De Méyère, 1974.
  • 1977 : prix Alex Pasquier pour Les conquistadores de la liberté, roman historique, De Méyère, 1977.

Rechercher par son nom:
Rechercher par un mot:

Rechercher par ordre alphabétique :

a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

Les Activités

Rencontres
Salons, Foires, Marchés
Colloques & Conférences
En classe
Boite à outils
Tous les évènements

 

Région WalloneSLL