Intro 2Service du Livre LuxembourgeoisLa Province de Luxembourg

Adolphe HARDY

Fiche fondée sur un dossier rédigé par G. WATELET et M. MONBALLIN
Dossier L : n° 10, fascicule 2

Adolphe HARDY
Poète.



Informations générales

Belgique BEL
Né(e) le 23/05/1886 / décédé(e) le 16/06/1954

Biographie

Adolphe Hardy est né à Dison, le 23 mai 1868.

En 1820, Martin Hardy, son grand-père, s'était expatrié en Moravie, pour y fonder l'industrie drapière avec les techniques spécialisées de sa région verviétoise. Après deux incendies d'origine criminelle, ruiné, il revint à Dison, y installant son épouse ) la dernière descendante d'une très ancienne famille slave ) et leurs enfants dont l'aîné, Adolphe, père de notre écrivain. Polyglotte, savant, artiste, philanthrope, Adolphe Hardy père mit ses possibilités au service des Disonais, tout en éduquant ses enfants d'exceptionnelle façon.

Adolphe Hardy, notre poète, parlait de son père avec admiration et reconnaissance. Sorti du collège de Herve, en 1886, il s'inscrivait à Louvain pour des études à la Faculté de Droit. Il suivrait aussi des cours de sciences naturelles.

Jeune docteur en Droit, il rentrait à Dison : collaborations littéraires, conférences, sortie de presse de ses premières oeuvres. Mort de son père en mars 1900.

Le 23 août 1900, il était nommé secrétaire de rédaction au Rappel de Charleroi, puis, vite, rédacteur en chef. Le 12 février 1901, il devenait rédacteur en chef de la Dépêche de Liège. Travail social avec Monseigneur Doutreloup, Gustave Somville, Charles de Ponthière et Godefroid Kurth.

En 1904, parution de La route enchantée. Dès 1907, il s'installait à Bruxelles, recevant le poste de secrétaire de rédaction au Journal de Bruxelles dont il deviendrait directeur en novembre 1921. Le 25 novembre 1908, il était reçu par le Roi Léopold II. Le 26 juillet 1929, La Libre Belgique relatait l'influence d'un de ses poèmes : A mi-voix, sur Eve Lavallière dans son cheminement spirituel.

Durant la tragédie 14-18, il fit de la résistance, écrivit ses poèmes de guerre, L'Ardenne héroïque, puis deux monographies : Le pays de Herve et Le pays d'Aerschot (Touring-Club).

Le 31 mai 1926, il publiait son dernier article dans son cher Journal de Bruxelles qui disparaissait à l'âge de 104 ans. Il le regretterait toujours. Le 18 janvier 1932, dans La Libre Belgique, Georges Goyau présentait Le cortège des mois, Adolphe Hardy ayant été distingué par l'Académie Française, en 1931, pour le Grand Prix de Langue française. De 1933 à 1939, série de causeries à l'I.N.R.

En 1935, il avait épousé Madeleine Verhelst. En 1940, il évacuait avec elle en France, à Issigeac. Veuf, il se remaria avec Germaine Van Den Boeck. En mai 1954, il reçut le titre de Citoyen d'honneur de la ville de Dison.

Il mourut à Laeken le 19 juin de la même année.

Bibliographie

  • La fête du pasteur, Éd. Chandelle, Herve, 1886, idylle allégorique écrite en hommage au Directeur du collège Marie-Thérèse et marquant déjà un don d'observation.

  • Les voix de l'aube et du crépuscule, Éd. Godenne, Namur, 1887-1888. L'auteur souhaitait ne pas avoir écrit ces vers!

  • Les trois fées, Timmermans, 1883.

  • Vers le passé, Éd. Godenne, Namur, 1888.

  • Jan et Lena, Éd. Godenne, Liège, Namur, 1889. Dédié à Fina Hardy

  • Les émotions d'un pigeon blanc, Éd. Godenne, Liège, 1889.

  • Fleur d'hiver, Éd. Godenne, Namur, 1889.

  • Souvenir d'enfance, Éd. Godenne, Namur, 1889, dédié à Léon Hardy.

  • Croquis ardennais, Éd. Godenne, Liège, Namur, 1889. Une version remaniée de ces 16 poèmes figurera dans La route enchantée (cf. infra) sous le titre Dizains rustiques.

  • Pour lire au bois, Éd. Fonteyn, Louvain, 1893, publié à l'occasion de la Kermesse flamande, dédié à son Altesse Royale la Duchesse d'Arenberg.

  • Les émaux wallons, Éd. Godenne, Liège, Namur, 1897. Ces deux dernières oeuvres sont très bonnes. C'est pris sur le vif. Le poète s'est trouvé comme "descriptif" : adieu au Romantisme, comme à une certaine mièvrerie de débutant.

  • Mimi, rouge-gorge, dans le Patriote illustré, 1898.

  • Chant hennuyer, 1899, dédié à Léon Mabille.

  • La route enchantée, Éd. Fischbacher, coll. des Poètes français à l'Etranger, Paris, 1904, avec préface de Georges Barral, préface à laquelle Adolphe Hardy tenait beaucoup; 2e éd., Éd. Association des écrivains belges, Paris, Librairie générale des sciences, arts, lettres, Bruxelles, Dechenne et Cie, 1911. 3e éd., Éd. Ernult-Doncq, Bruxelles, 1948.

  • Le cortège des mois, Éd. Bruylant, Bruxelles, 1932. Ce recueil vaut à l'auteur le Grand Prix de Langue française, institué par l'Académie française en 1914, pour honorer un écrivain et le récompenser des services rendus à la langue française en dehors de la France. Georges Goyau, de l'Académie Française, présentait cet ouvrage dans la Libre Belgique du 18 janvier 1932.

  • Le bréviaire du bonheur, Éd. Ernult-Doncq, Bruxelles, 1951. Testament spirituel. Ces trois derniers recueils représentent l'oeuvre principale de l'auteur, avec son Ardenne héroïque, Association des écrivains belges, Paris, Librairie générale des sciences, arts, lettres, Bruxelles, Dechenne et Cie, 1919.

  • Les ancêtres du prince Léopold, recherches généalogiques sur la famille royale belge, La dépêche, des 18, 19, 20 juin 1902.

  • Article sur le folklore et Petit traité de versification, en neuf leçons, inédit, 1903.

Des collaborations innombrables dans revues et journaux, dont Le Journal de Bruxelles, La Libre Belgique, La Nation Belge, Le XXe siècle, parmi bien d'autres.

Prix obtenus

Rechercher par son nom:
Rechercher par un mot:

Rechercher par ordre alphabétique :

a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

Les Activités

Rencontres
Salons, Foires, Marchés
Colloques & Conférences
En classe
Boite à outils
Tous les évènements

 

Région WalloneSLL