Intro 2Service du Livre LuxembourgeoisLa Province de Luxembourg

Maurice GAUCHEZ

Fiche fondée sur un dossier rédigé par R. FOULON
Dossier L : n° 56, fascicule 2

Maurice GAUCHEZ
Poète, romancier.



Informations générales

Belgique BEL
Né(e) le 31/07/1884 / décédé(e) le 24/11/1957

Biographie

Maurice Gauchez est né à Chimay, le 31 juillet 1884. Son véritable nom est Maurice Gilles. C'est par arrêté royal, paru dans le Moniteur belge du 4 juin 1928 qu'il sera autorisé à porter officiellement et définitivement le nom de Gauchez. Il a expliqué lui-même la naissance de ce pseudonyme. Sa famille n'aimait guère qu'il utilisât le nom de Gilles pour signer ses premiers essais littéraires. En 1906, il se présenta un jour chez l'ingénieur en chef de la ville de Bruxelles Fernand Paul s'intéressait aussi à la littérature. Gilles tenait un document à la main gauche, la lettre familiale lui enjoignant de se trouver un surnom. Son hôte lui demanda s'il était gaucher. Cela lui donna une inspiration subite : désormais, il signerait ses œuvres du nom de Maurice Gauchez, avec un z pour que cela eût un «aspect plus olé olé».

Le grand-père du futur écrivain est inspecteur général de l'enseignement moyen et son père, professeur de mathématiques. Celui-ci ayant été muté à Anvers, toute la famille s'installe sur les bords de l'Escaut. Maurice Gauchez y fréquente l'Athénée et y termine ses humanités. Dès l'âge de quinze ans, il publie ses premiers poèmes dans le Bulletin de la Fédération des élèves des Athénées. Un an plus tard, un journal anversois, Le Matin, accueille un de ses articles. En 1903, en compagnie de Fernand Paul, il fonde La Jeune Revue et, bientôt, paraît son essai intitulé La Poésie symboliste. En 1908-1909, il est le secrétaire de la revue Le Thyrse, puis devient un moment fonctionnaire à la Caisse d'Épargne. Dès lors, il ne quitte plus guère l'écritoire. Poèmes, essais, monographies et critiques se succèdent jusqu'à la déclaration de la guerre, en août 1914. Le 3 août, il s'engage comme volontaire dans les autocanons. Éclaireur, il est fait prisonnier et condamné à mort. Il s'évade et rejoint le front de l'Yser. Durant quatre années terribles, il combat, amasse et publie des poèmes. Il est blessé et gazé à plusieurs reprises, ce qui l'oblige à séjourner dans un sanatorium italien. À l'armistice, il retrouve Anvers et prend ses fonctions de critique littéraire au Matin. Il devient aussi, à Anvers, professeur de rhétorique française au Lycée, et de littérature à l'Académie royale des beaux-arts.

Inspiré par les activités citadines et portuaires anversoises, il s'adonne alors surtout au roman, sans pourtant abandonner complètement la poésie. Cacao, son premier roman, paraît en 1925 et connaît le succès. Il sera suivi de beaucoup d'autres s'inspirant notamment, outre d'Anvers, de sa région natale.

À l'époque, Maurice Gauchez collabore au Soir, est aussi professeur de littérature française de Belgique à l'École de musique d'Ixelles. Il vient s'établir à Bruxelles en 1929. Avant, puis après la seconde guerre mondiale, il enseigne dans de nombreux établissements scolaires (Institut des Journalistes, École provinciale des bibliothécaires du Brabant, cours public de la ville de Bruxelles, École normale Charles Buls, à Bruxelles).

Souvent lauré, Maurice Gauchez meurt à Saint-Gilles (Bruxelles), le 24 novembre 1957.

Le 10 juin 1961, cette localité inaugure une plaque sur la façade de la maison où il vécut longtemps, depuis 1936 (36, rue de l'Amazone) et, en 1972, une stèle au parc du Centre culturel Jacques Franck.

Bibliographie

  • Simples croquis, poèmes, Éd. Lamertin, Bruxelles, 1907.

  • Jardin d'adolescent, poèmes, Éd. Sansot, Paris, 1907.

  • Émile Verhaeren, monographie, Éd. Le Thyrse, Bruxelles, 1908.

  • Symphonies voluptueuses, poèmes, Éd. Larcier, col. La Belgique artistique et littéraire, Bruxelles, 1908.

  • Le livre des masques belges, gloses et documents sur quelques écrivains d'hier, d'aujourd'hui et de demain, Éd. La Société nouvelle, Mons, t.1 : 1909, t.2 : 1911 (masques de Franz Gaillard, préface de J. Ernest-Charles).

  • Images de Hollande. La louange de la terre, poèmes, Éd. Lamberty, Bruxelles, 1911 (Ill. De Fons Van Beurden).

  • Paysages de Suisse. La louange de la terre, poèmes, Éd. Lamberty, Bruxelles, 1912 (Ill. D'Amédée Lynen et de G. Van Den Broeck).

  • Les poètes des gueux, anthologie du XIIe siècle à nos jours, Éd. Michaud, Paris, 1912 (choix et préface de Maurice Gauchez).

  • De la Meuse à l'Yser : ce que j'ai vu, témoignage, Éd. A. Fayard, Paris, 1914 (préface de Henri de Régnier).

  • Les rafales, poèmes, Éd. E. Figuière, Paris, 1917. Prix Davaine de l'Académie française.

  • Ainsi chantait Thyl, poèmes, Éd. G. Crès, Paris-Zurich, 1918. Prix des Indépendants 1919.

  • L'hymne à la vie, poèmes, Éd. La Renaissance d'Occident, Bruxelles, 1920.

  • Histoire des lettres françaises de Belgique des origines à nos jours, Éd. La Renaissance d'Occident, Bruxelles, 1922. Prix De Kein et Prix Michaut.

  • Romantiques d'aujourd'hui, essai, Éd. La Renaissance d'Occident, Bruxelles, 1924.

  • Tous mes désirs sont les tiens, poèmes, Éd. de la Fourmi, Bruxelles, 1925.

  • Chansons humaines, poèmes, Éd. Buschmann, Anvers, 1925.

  • Cacao, roman, Éd. La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1925.

  • La maison sur l'eau, roman, Éd. La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1926.

  • Thyl, comédie en quatre actes, en vers et en prose, Éd. La Renaissance d'Occident, Bruxelles, 1927.

  • À la recherche d'une personnalité, vingt-cinq essais sur des écrivains belges, Éd. La Renaissance d'Occident, Bruxelles, 1927.

  • Le réformateur d'Anvers, roman, Éd. Burton, Anvers, 1928.

  • Le roman du grand veneur, roman, Éd. La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1929.

  • Les muscles d'or, poèmes, Éd. La Renaissance d'Occident, Bruxelles, 1930.

  • La servante au grand coeur, roman, Éd. La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1931.

  • L'Émigrant, roman et contes, Éd. La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1933.

  • Le Baron des Robaux, roman, Éd. Labor, Bruxelles, 1933. Prix Bouvier-Parvillez.

  • Tanchelin, légende historique, Éd.. Imcomin, Anvers, 1935 (Ill. D'Ernest Heylens).

  • Marées de Flandre, roman, Éd. La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1935.

  • Au coeur des Fagnes, roman, Éd. Les Cahiers ardennais, Spa, 1935 (Préface d'Albert Bonjean et un portrait d'Ernest Heylens).

  • V.D.G. volontaire de guerre, roman, Éd. Union des Fraternelles de l'Arme de Campagne, Bruxelles, 1936.

  • Tristontout, nouvelles, Éd. Lovanis, Louvain, 1937.

  • Le démon, roman, Éd. La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1937.

  • Tignasse, roman, Éd. Neggor, Louvain, 1938.

  • Par-dessus les moulins, roman, Éd. Neggor, Louvain, 1938.

  • Hôtel de la paix, roman, Éd. Labor, Bruxelles, 1938.

  • La grange-au-bois, roman, Éd. Braconnier, Florenville, 1939.

  • Max Harry, vedette, roman, Librairie des Combattants, Bruxelles, 1940 (Ill. De J. M. Canneel).

  • Les espions du ciel, roman, Éd. de l'Étoile, Bruxelles, 1942.

  • L'Entre-Sambre-et-Meuse, essai, Éd. Office de Publicité, Bruxelles, 1941.

  • Camille Lemonnier, essai, Éd. Office de Publicité, Bruxelles, 1943.

  • L'aventure sans envergure, roman, Éd. Les Auteurs associés, Bruxelles, 1943.

  • La tempête, poèmes, Éd. Office de Publicité, Bruxelles, 1944.

  • Quand soufflait l'ouragan, 5 tomes :

    1. La ville nue,

    2. La geôle sous le soleil,

    3. L'armée du maquis,

    4. V. V. V.,

    5. On les a eus, romans, Éd. Wallens-Pay, Bruxelles, 1948.

  • Le Zwin, poèmes, Éd. La Renaissance d'Occident, Bruxelles, 1951.

  • Brume sur la vie, poèmes, Éd. La Renaissance d'Occident, Bruxelles, s.d.

Prix obtenus

Rechercher par son nom:
Rechercher par un mot:

Rechercher par ordre alphabétique :

a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

Les Activités

Rencontres
Salons, Foires, Marchés
Colloques & Conférences
En classe
Boite à outils
Tous les évènements

 

Région WalloneSLL