Intro 2Service du Livre LuxembourgeoisLa Province de Luxembourg

Michel de GHELDERODE

Fiche fondée sur un dossier rédigé par Paul MATHIEU
Dossier L : n° 50, fascicule 2

Michel de GHELDERODE
Pseudonyme de Adémar Adolphe Louis MARTENS. Auteur dramatique, nouvelliste.

 Michel de GHELDERODE

Informations générales

Belgique BEL
Né(e) le 03/04/1898 / décédé(e) le 01/04/1962

Biographie

Pseudonyme de Adémar Adolphe Louis MAERTENS.

La biographie de Michel de Ghelderode a souvent été étudiée (v. bibliographie), nous ne rappelons ici que les dates essentielles.

1898 : le 3 avril, naissance à Ixelles d'Adémar Adolphe Louis Martens. Son père est fonctionnaire aux Archives Générales du Royaume.

1906-1914 : études à l'Institut Saint-Louis de Bruxelles. Sérieux problèmes de santé. Toute sa vie, il sera confronté au spectre de la maladie.

1915-1917 : début d'études (alto) au Conservatoire Royal de Musique.

1917 : premiers articles artistiques dans la revue Mercredi-Bourse.

1918 : adoption du pseudonyme Michel de Ghelderode. Représentation de la première pièce, La mort regarde à la fenêtre.

1923 : entrée en fonction à l'administration communale de Schaerbeek.

1922-1924 : activité intense : nouvelles, pièces pour marionnettes. En 1924, mariage civil avec Jeanne-Françoise Gérard rencontrée à la librairie Lebègue où l'auteur a travaillé comme commis.

1928-1929 : Escurial et Barabbas. Collaboration au VVT (théâtre populaire flamand). Il écrit en français des pièces qui seront traduites en flamand.

1930-1937 : création théâtrale intense.

1939 : Prix Triennal de littérature. En février, Ghelderode cesse officiellement d'écrire pour le théâtre et retourne aux contes.

1943 : son état de santé s'aggrave.

1945-1946 : à cause de son activité littéraire ininterrompue pendant la guerre, le dramaturge est révoqué par le Conseil communal de Schaerbeek, puis simplement suspendu pour trois mois. L'écrivain se fait pensionner pour maladie.

1947-1949 : le théâtre de Ghelderode est monté à Paris, notamment par Jean-Louis Barrault.

1950-1953 : grand succès dans la capitale française. En 1953, pas moins de sept pièces y sont représentées.

1954 : pour la deuxième fois, il reçoit le Prix Triennal de littérature. Début de la période «internationale» de Ghelderode. Ses pièces sont jouées un peu partout dans le monde.

1962 : le 1er avril, Ghelderode meurt à Schaerbeek.

Bibliographie

Pour une bibliographie exhaustive, consulter: BEYEN (R.), Bibliographie de Michel de Ghelderode. Bruxelles, Palais des Académies, 1987.

Le lecteur qui souhaite une information plus complète consultera le site de la Fondation Ghelderode : www.ghelderode.be

Théâtre :

  • Théâtre. Vol. I., Gallimard, Paris, 1950 : Hop Signor! (1938, 1942) - Escurial (1928, 1943) - Sire Halewyn (1943) - Magie rouge (1935, 1942) - Mademoiselle Jaïre (1942) - Fastes d'enfer (1943).

  • Théâtre. Vol. II., Gallimard, Paris, 1952 : Le cavalier bizarre (1938) - La balade du Grand Macabre (1935, 1943) - Trois acteurs, un drame (1929) - Christophe Colomb (1928, 1943) - Les femmes au tombeau (1934) - La farce des ténébreux (1942).

  • Théâtre. Vol. III., Gallimard, Paris, 1953: La pie sur le gibet (1938, 1943) - Pantagleize (1934, 1943) - D'un diable qui prêcha merveille (1942) - Sortie de l'acteur (1942) - L'école des bouffons (1942).

  • Théâtre. Vol. IV., Gallimard, Paris, 1955: Un soir de pitié (1929) - Don Juan ou les amants chimériques (1928, 1942) - Le club des menteurs (1943) - Les vieillards (1925, 1943) - Marie la misérable (1952) - Masques ostendais (1935, 1943).

  • Théâtre. Vol. V., Gallimard, Paris, 1957: Le soleil se couche... (1942) - Les aveugles (1943, 1949) - Barabbas (1932, 1949) - Le ménage de Caroline (1935, 1943) - La mort du Docteur Faust (1926) - Adrian et Jusemina (1935) - Piet Bouteille (1925 : Oude Piet).

  • Théâtre. Vol. VI., Gallimard, Paris, 1982: Le sommeil de la raison (1930) - Le perroquet de Charles Quint (1934) - Le singulier trépas de Messire Ulenspiegel (1935) - La folie d'Hugo van der Goes (1935) - La grande tentation de Saint- Antoine (1932) - Noyade des songes (1928).

  • Barabbas. Escurial. Labor, Bruxelles, 1986, coll. Espace Nord, n° 9.

  • Escurial. Hop Signor!, Gallimard, coll. Folio Théâtre, 2004.

Nouvelles et autres textes :

  • Voyage autour de ma Flandre. Bruges, Stainforth, Bruges, 1947. Rééd. Les Éperonniers, Bruxelles, 1988 (collection Passé Présent, n° 56).

  • La Flandre est un songe, Durendal, Bruxelles, 1953. Rééd. La Rose de Chêne, Bruxelles, 1982.

  • Les Entretiens d'Ostende, L'Arche, Paris, 1956.

  • Sortilèges et autres contes crépusculaires. Éd. Gérard, Verviers, 1965 (coll. Marabout géant, n° 234). Rééd. Jacques Antoine, Bruxelles, 1982 (coll. Passé Présent, n° 35).

  • Le Mystère de la Passion de Notre Seigneur Jésus Christ, Éd. La Rose de Chêne, Bruxelles, 1982.

  • La Halte catholique et L'Homme sous l'uniforme (en 1 volume double), Académie royale de langue et de littérature françaises, Bruxelles, 1999.

  • Correspondance [sept volumes établis et annotés par Roland Beyen], Labor, Bruxelles, 1991-2004.

A consulter :

  • VANDROMME (P.), M. de Ghelderode, Éd. Universitaires, Paris, 1963 (coll. Classiques du XXe siècle, n° 61).

  • Marginales, (spécial Ghelderode), Bruxelles, n° 112-113, mai 1967.

  • FRANCIS (J.), L'éternel aujourd'hui de Michel de Ghelderode, Louis Musin, Bruxelles, 1968.

  • SANTT (A.), Michel de Ghelderode, La Dryade, Vieux-Virton, 1970 (coll. Variétés, n° 20).

  • BEYEN (R.), Michel de Ghelderode ou la hantise du masque. Essai de biographie critique, Palais des Académies, Bruxelles, 1971. Ed. augmentée 1980.

  • STEVO (J.), Office des ténèbres pour M. de Ghelderode, André De Rache, Bruxelles, 1972 (collection Mains et chemins, n° 3).

  • BEYEN (R.), Ghelderode, Seghers, Paris, 1974.

  • s. n. (collectif), Michel de Ghelderode et le théâtre contemporain (actes du congrès international de Gênes). Société Ghelderode, Bruxelles, 1980.

  • s. n. (collectif), Michel de Ghelderode dramaturge et conteur (actes du congrès international de Bruxelles), Éditions de l'ULB, Bruxelles, 1983.

  • BECKERS (A.-M.), Michel de Ghelderode, dossier pédagogique, Promotion des lettres belges de langue française dans l'enseignement, Bruxelles, 1984.

  • BLANCART-CASSOU (J.), Le rire de Michel de Ghelderode, Klincksieck, Paris, 1987.

  • BECKERS (A.-M.), Michel de Ghelderode, Labor, Bruxelles, 1989 (coll. Un livre une oeuvre, n° 13).

Prix obtenus

  • 1939 : Prix Triennal de littérature.

  • 1954 : pour la deuxième fois, il reçoit le Prix Triennal de littérature

Rechercher par son nom:
Rechercher par un mot:

Rechercher par ordre alphabétique :

a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

Les Activités

Rencontres
Salons, Foires, Marchés
Colloques & Conférences
En classe
Boite à outils
Tous les évènements

 

Région WalloneSLL