Intro 2Service du Livre LuxembourgeoisLa Province de Luxembourg

Henry BAUCHAU

Fiche fondée sur un dossier rédigé par Louis SAROT
Dossier L : 33, fascicule 1.

Henry BAUCHAU
Romancier, nouvelliste, poète, auteur dramatique.

Henry BAUCHAU

Informations générales

Belgique BEL
Né(e) le 22/01/1913 / décédé(e) le 21/09/2012

Biographie

Pour plus de précision, on consultera les notes rédigées par l'auteur lui-même en 1987 pour l'édition du Régiment noir dans la collection PASSÉ-PRÉSENT (Les Éperonniers, p. 336-348.)

1913 : Naissance de Henry Bauchau, le 22 janvier, à Malines. Famille paternelle d'origine mosane et famille maternelle louvaniste. Second fils parmi six enfants. Son frère aîné, Jean, sera appelé Olivier dans son premier roman, La déchirure.

1914 - 1919 : A Louvain, chez ses grands-parents, l'enfant est sauvé à grand peine d'un incendie, lors de l'invasion allemande (épisode reconstitué plus tard sous le titre L'incendie de Sainpierre). Henry Bauchau passe son enfance à la campagne, à Bas-Heylissem puis à Archennes. La première maison, qui appartient à la famille maternelle, sera évoquée comme Maison chaude, tandis que la seconde, issue d'un legs paternel, deviendra la Maison froide.

1919 - 1925 : La famille s'installe à Bruxelles. Henry Bauchau souffre d'un point au poumon. Il est envoyé en Suisse puis à la Mer du Nord. Il découvre la lecture à travers la collection Les cent chefs-d'oeuvre qu'il faut lire.

1932 - 1939 : Études de droit à la Faculté Saint-Louis puis à l'Université de Louvain. Crise religieuse, mais découverte des Évangiles sous l'influence de R. De Becker. Lecture des mystiques.

1939 - 1945 : Mobilisé en 1939, Henry Bauchau participe à la campagne des dix-huit jours en mai 40. Fonde avec des amis le Service des Volontaires du Travail mais démissionne en 43 parce que l'occupant veut y faire entrer des rexistes. Entre dans l'Armée Secrète et participe au maquis des Ardennes où il est blessé. Soigné à Londres, il rentre en Belgique fin 44.

1945 - 1951 : Henry Bauchau met sur pied une maison de distribution d'éditions à Bruxelles, puis à Paris où il se fixe en 46. Se lie d'amitié avec Jean Amrouche. Accablé par de nombreuses difficultés, Bauchau se rend chez une psychanalyste, Blanche Reverchon-Jouve, l'épouse du poète... qui sera appelée La Sibylle dans La déchirure. Il est en analyse de 1947 à 1950. Désormais, il y aura un «avant» et un «après».

1951 - 1957 : Mort de son père en 1951, et perte de son emploi. Divorce et remariage avec Laure Henin en 1953. Bauchau quitte Paris pour fonder en Suisse (à Gstaad) un collège international pour jeune filles. Il y enseigne notamment le français. Débuts difficiles puis succès.

1958 - 1965 : Henry Bauchau publie à 45 ans son premier livre : Géologie. Sa pièce Gengis Khan est publiée en 60 et montée en 61 par Ariane Mnouchkine. Mort de sa mère en 1961, après une agonie d'une semaine racontée dans La déchirure, roman écrit parallèlement aux poèmes de L'escalier bleu. Achevé en 65, le livre paraît en 66.

L'écrivain, entre-temps, a beaucoup voyagé, notamment à Venise, où il a écrit La dogana.

1966 - 1971 : De 1965 à début 68, Henry Bauchau se rend régulièrement à Paris pour suivre une psychanalyse didactique chez Conrad Stein. Il publie à Lausanne La pierre sans chagrin, poèmes inspirés par l'abbaye du Thoronet et une seconde pièce, La machination, inspirée par l'antiquité grecque.

Entre-temps, il s'intéresse à la révolution culturelle en Chine (66-69) et aux événements de mai 1968. Il commence un roman historique et épique, Le régiment noir.

1972 - 1975 : Ce roman paraît en 72, mais Henry Bauchau écrit pour un film dix poèmes sur des tableaux de Paul Delvaux et il commence à se documenter en vue de sa biographie de Mao. En même temps, il écrit La Chine intérieure, qui évoque une semaine de vie dans la neige.

En 1973, l'institut Montesano doit fermer ses portes et Blanche Jouve meurt en 1974. Bauchau dessine et peint beaucoup. Les poèmes de Lecture du corps sont publiés et l'écrivain reçoit le Prix triennal du Roman pour Le régiment noir.

1975 - 1980 : Henry Bauchau subit une opération (la seconde de sa vie) et a, de nouveau, des difficultés financières. Il trouve néanmoins à Paris un emploi dans un hôpital de jour pour adolescents, exerce des fonctions administratives puis s'occupe de psychotiques et les initie à la sculpture...

Au cours de ces années, il passe ses vacances en Bretagne (La grande Troménie) et écrit notamment son second livre directement inspiré par la psychanalyse : La sourde oreille ou le rêve de Freud.

1981 - 1986 : L'écrivain commence un nouveau roman, puis l'abandonne pour écrire les poèmes des Deux Antigone. Il est chargé de cours à l'Université de Paris VII et a la satisfaction de voir la parution de son copieux Essai sur la vie de Mao, qui lui a demandé... huit ans de travail.

Henry Bauchau commence Oedipe sur la route et obtient en 1985 le Prix Quinquennal de Littérature de la Communauté française de Belgique pour l'ensemble de son oeuvre.

En 1988, Jean-Claude Drouot monte Gengis Khan, qui connaît le succès en Belgique comme en France et, en 1989, Bauchau reçoit le premier Grand Prix de la ville de Tournai.

Oedipe sur la route, son roman le plus accompli, paraît en 1990, et, en mars 1991, Henry Bauchau publie dans la Revue générale un récit : L'enfant de la Salamine.

En mai 91, l'écrivain est reçu par Jean Tordeur à l'Académie royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique, un peu avant la parution d'un récit éminemment symbolique : Diotime et les lions...

A noter que Diotime et les lions sera sélectionné pour le Prix Rossel, et que, par ailleurs, Henry Bauchau prépare l'adaptation pour la scène de son roman Oedipe sur la route. En outre, il s'est mis à la rédaction de son journal intime (1984-1989).

A consulter :

  • QUAGHEBEUR Marc et SPINETTE Albert, Alphabet des Lettre Belges de langue française, Association pour la Promotion des Lettres de langue française, Bruxelles, 1982, p. 156, 159 et 210.
  • BECKERS Anne-Marie, Les écrivains belges, Ministère de l'Éducation Nationale, 2 tomes, 1987 et 1989, résumés de La déchirure et du Régiment noir.
  • FRICKX Robert et TROUSSON Raymond, Lettres françaises de Belgique - Dictionnaire des Oeuvres, I, Le roman, p. 125, 430; II, La poésie, p. 117-118, 183-184, Duculot, 1988.
  • Indications, Le régiment noir et Oedipe sur la route; articles de Pierre HALEN.
  • TORDEUR Jean, Henry Bauchau, une mémoire de l'inconscient, La Revue générale, février 1986, p. 19-27.
  • TORDEUR Jean, Discours de réception à l'Académie de Langue et de Littérature françaises de Belgique, séance publique du 25 mai 1991.
  • HENROT Geneviève, Henry Bauchau, poète. Le vertige du seuil, Ed. Droz, Genève.

Bibliographie

Poésie :

  • Géologie, Gallimard, Paris, 1958. Prix Max Jacob.
  • L'escalier bleu, Gallimard, Paris, 1964.
  • La pierre sans chagrin, L'Aire, Lausanne, 1966.
  • La dogana, Castella, 1967.
  • Célébration, L'Aire, Lausanne, 1972.
  • La Chine intérieure, Seghers, Paris, 1975.
  • La sourde oreille ou Le rêve de Freud, L'Aire, Lausanne, 1981.
  • Poésie 1950-1986, Actes Sud, Arles, 1986; 280 pages (textes des recueils précédents et inédits).
  • Heureux les déliants. Poèmes 1950-1995, Labor, R.T.B.F. Éditions, Bruxelles, 1995.
  • Exercice du matin, Actes Sud, Arles, 1999.
  • Petite suite au 11 septembre, Le Grand miroir, Bruxelles, 2003.
  • Nous ne sommes pas séparés, Actes Sud, 2006.
  • Poésie 1950-2009, Actes Sud, Arles, 2009 400 pages (textes des recueils antérieurs et dernières compositions).

Romans et récits :

  • La déchirure, roman, Gallimard, Paris, 1966; Rééd. Labor, Bruxelles, coll. Espace-Nord, préface de Jean-Louis Jacques et lecture de Jean Florence, 1986. Rééd. Labor, Bruxelles, 1998.
  • Le régiment noir, roman, Gallimard, Paris, 1972. Prix d'honneur (Paris); Prix Franz Hellens (Bruxelles) et Prix Triennal du Roman. Rééd. Les Éperonniers, Bruxelles, 1987, préface d'André Molitor; Labor, 2000, coll. Espace Nord; Actes Sud, 2004, coll. Babel.
  • Oedipe sur la route, roman, Actes Sud, Arles, 1990.
  • Diotime et les lions, récit, Actes Sud, Arles, 1991. Traduction en Tchèque par Alice Kottova, Ed. Dauphin, 2008.
  • Antigone, roman, Actes Sud, Arles, 1997.
  • Les vallées du bonheur profond, récit, Babel, 1999.
  • Le Journal d'Antigone 1989-1997,  roman, Actes Sud, Arles, 1999.
  • Passage de la Bonne-Graine, Journal 1997-2001, Actes Sud, Arles, 2002.
  • L'enfant bleu, roman, Ed. Actes Sud, 2004.
  • Le présent d'incertitude : un journal 2002-2005, écrits intimes, Ed. Actes Sud, 2007.
  • Le boulevard périphérique, roman, Ed. Actes Sud, Arles, 2007.

Nouvelles :

  • L'enfant de Salamine, La Revue générale, mars 1991, p. 81-92.

Essais et autocritique :

  • Essai sur la vie de Mao Zedong, avec la participation de Laure Bauchau, Flammarion, Paris, 1982.
  • L'écriture et la circonstance, quatre conférences données à l'Université Catholique de Louvain (faculté de Philosophie et Lettres), Chaire dePoétique, 2, 1988.
  • L'écriture à l'écoute, essai, Actes Sud, Arles, 2000.

Théâtre :

  • Gengis Khan, Mermod, 1960; Arles, Actes Sud-Papiers, 1989.
  • La machination, L'Aire, Lausanne, 1969.
  • L'arbre fou, théâtre, récits, poèmes du cycle Oedipe et Antigone, Les Éperonniers, Bruxelles, 1995.
  • Prométhée enchaîné d'Eschyle, adaptation théâtrale, Cahier du Rideau, Bruxelles, 1998.
  • Théâtre complet, Actes Sud-Papiers, Arles, 2001.
  • La lumière Antigone, poème-opéra, Actes Sud, Le Souffle de l'esprit,2009.

Prix obtenus

Rechercher par son nom:
Rechercher par un mot:

Rechercher par ordre alphabétique :

a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

Les Activités

Rencontres
Salons, Foires, Marchés
Colloques & Conférences
En classe
Boite à outils
Tous les évènements

 

Région WalloneSLL